top of page
Rechercher
  • angiediaryig2

The Rise and the Fall of Nasty Gal - Part I






Nasty Gal, c'est peu la success story à l'américaine comme on les aime. Entre storytelling et histoire incroyable, la vie de Sophia Amoruso, la fondatrice, est digne d'un film. (Elle a d'ailleurs eu une série sur Netflix retraçant son parcours).


Tout commence en 2006 à San Francisco. Sophia a 22 ans et enchaîne les petits boulots, sans trop d'entrain. Véritable passionnée de vintage, elle décide de créer une boutique sur eBay. Le concept est simple : elle chine des pièces vintage, les customize et les vends sur la plateforme. Nasty Gal Vintage vient de naître.


Ca marche plutôt bien pour la jeune fille, qui se retrouve à gagner bien plus que dans ses petits boulots.


Plusieurs stratégies lui ont permis de cartonner sur eBay :


1. L'image


Sophia Amoruso a très vite compris la force de l'image dans la présentation de ses produits.

Alors que les autres vendaient leurs produits quasiment à même le sol, Sophia organisait de véritables mini shooting pour mettre en avant ses produits.


2. L'influence marketing


A l'époque, tout se passait sur MySpace et Sophia savait qu'il lui fallait des it girls pour booster la visibilité de ses produits. Mais elle avait zéro budget.


Elle raconte dans son livre GIRLBOSS qu'elle a alors elle a eu l'idée ingénieuse de contacter les amies (moins connues) de ces it girls et de bosser avec elles. Résultat, les it girls se sont dit "mais quelle est cette marque que tout le monde porte?". Et c'est ainsi qu'elles ont elles aussi voulu porter du Nasty Gal.


3. Maîtrise du SEO


La notion n'est pas encore courante à l'époque et pourtant, Sophia Amoruso a du flair. Plutôt que de nommer ses articles de manière aléatoire, elle choisit de minutieusement le nom de chaque article en faisant un mix de mots clés. Sa robe ne s'appelle pas par exemple "Robe Elia" mais "Robe vintage à pois longueur midi". Elle veille a utiliser le vocabulaire utilisé par ses clients afin d'être retrouvé facilement sur les moteurs de recherche de eBay.


De plus, elle ne créait pas pour créer. Elle analysait constamment les mots clés les plus recherchés pour créer des pièces qui correspondent. Smart.


4. Une cible bien maitrisée


Sophia avait une parfaite connaissance de sa cible. Elle savait qui elle touchait (les Millenials) et savait où les trouver (MySpace).

Elle raconte dans son livre qu'elle passait des heures à ajouter des gens sur MySpace, mais pas n'importe qui. Uniquement un certain type de filles, qui vivaient dans un certain type de villes... en clair, son client idéal !


Très vite, elle a eu une grosse communauté MySpace remplie de potentiels clients. Et quand elle a quitté eBay pour créer son propre site, ils l'ont suivi.


En quelques années, Nasty Gal est passé de 100K $ de chiffre d'affaires (première année) à plusieurs centaine de millions de $.


Et pourtant, l'histoire s'est soldée par une faillite et un rachat par Boohoo pour seulement 20 millions de dollars.


Que s'est il passé ?


Ce sera le sujet de la Partie II de cette analyse ;)


Source 1, 2







163 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Black Ivory Luxury Elegant Script Beauty Blogger Name Logo (2).png
bottom of page